30 septembre 2013

Un long dimanche de pluie.

    Il faisait mou et humide, envi de pas grand-chose sauf de voir une éclaircie trouer l’épaisse couche de nuages. Quelques allers et retours au potager pour soustraire de maigres grappes de raisins à la pluie, regarder avec désolation les dernières tomates et rebrousser chemin vers  la maison. Il faisait mou, humide et chaud, le temps idéal pour ouvrir la porte à une angine. J'ai comme un gratouillis au fond la gorge. Il faisait mou, humide, chaud et sombre dans la maison dès la fin de l’après-midi, les lampes... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:24 - Commentaires [12] - Permalien [#]

29 septembre 2013

Un marché réduit.

  Si je me fie  à mon expérience il n’y aura pas grand-monde sur le marché,  je parle des commerçants bien sûr. Un coup de vent, un  orage dans la nuit suffisent à les faire renoncer à la recette dominicale, certes il n’y a plus la sortie de la messe mais le marché du village est renommé dans toute la région, quoi de plus agaçant alors que de trouver des espaces vides et comme les absents ont toujours tort, les commentaires vont bon train, le client désappointé ignore  la mansuétude vis-à-vis de son... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:36 - Commentaires [10] - Permalien [#]
28 septembre 2013

Il faisait beau et chaud…

    Presque lourd, la bourse aux vêtements ouvrait à 13h30 et bien sûr quand j’y suis arrivée, pile à l’heure, des gens en ressortaient déjà avec des sacs pleins. Beaucoup de trentenaires avec des enfants de 2 ou 3 ans et enceintes jusqu’aux yeux bien sûr. Beaucoup de grands-mères aussi mais sans les enfants. Dans la file d’attente pour payer  j’ai tout appris sur Cindy qui  plaquait  son mec parce qu’il avait regardé grave une meuf, la Cindy en question était accompagnée  de 3 enfants  en bas... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 08:01 - Commentaires [11] - Permalien [#]
27 septembre 2013

Pas merci Emile.

    Mercredi après-midi Fille-unique a planché avec Victor sur les embrayeurs ou déictiques, par solidarité et curiosité j’ai fait un tour sur Wikipédia, je vous livre un court extrait de ma recherche car je dois bien l’avouer j’ai débrayé rapidement devant un tel galimatias.   En linguistique, un embrayeur (ou indicateur, ou indice de l'énonciation) est une unité renvoyant à l'énonciation et participant à l'actualisation d'un énoncé comme les pronoms « je » et « tu » (ou « nous » et... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:32 - Commentaires [23] - Permalien [#]
26 septembre 2013

Quand il faut, il faut.

Photo du1er juin 2013 Dans le jardin j’aime quand la végétation déborde, dépasse, oblige à contourner, à baisser la tête. Depuis 4 ans je laissais la sauge prendre ses aises, j’aimais voir cette vague argentée s’approprier le passage en pierre, s’étaler en hauteur et épaisseur mais cette année il fallait couper dans le vif, elle était devenue encombrante et cachait au printemps les pivoines, la mort dans l’âme j’ai coupé, ratiboisé, taillé tout en me répétant comme un mantra « ça va repousser, ça va repousser, ça va... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:49 - Commentaires [16] - Permalien [#]
25 septembre 2013

Zapette et moi.

    Bientôt 41 ans que nous avons le téléphone, je me surprends encore parfois à admirer cette invention. Le PC  et internet me semblent le plus souvent aller de soi, la télé fait partie de ma vie depuis mon enfance, papa l’avait ramenée à l’arrière de sa moto. Bien sûr pas de télécommande et pourquoi faire, une seule chaîne, un seul bouton marche/arrêt, pas de dispute pour savoir quel programme regarder. Avec 2 chaînes ce ne fut pas plus difficile, la qualité des émissions faisait que l’on choisissait  à... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:18 - Commentaires [10] - Permalien [#]

24 septembre 2013

Celle qui vieillit.

    Habituellement je ne regarde pas les films de plus de 10 ans, sauf cas de force majeure comme Les tontons flingueurs, Autant en emporte le vent (je zappe l’incendie d’Atlanta) ou Pretty Wooman. Hier soir je me promenai mollement d'une chaîne à l'autre et me suis laissée piéger par 12 hommes en colère, cru 1957, une éternité en somme. Un seul mot me vient à l’esprit : sobriété du jeu des acteurs avec en prime plaisir des oreilles, pas de grossièretés si fréquentes de nos jours et si grasses que je n’ose même pas... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:47 - Commentaires [12] - Permalien [#]
23 septembre 2013

3 petites déceptions…

    La première pas si petite, le soleil promis ne s’est pas montré de la journée, j’ai une machine pleine de linge à étendre, aujourd’hui peut-être…  La suivante concerne le livre présenté hier, emprunté en toute confiance je pensais qu’il serait de la même veine que Le goût des pépins de pommes, hélas c’est un fatras de psycho-philo-socio avec pour canevas l’insomnie, la somnologie, je ne dors moi-même pas assez bien pour lire le récit minute par minute de la quète du sommeil de  l’héroïne. Enfin troisième et... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]
22 septembre 2013

Des promesses, toujours des promesses.

   Electorales ou météorologiques elles sont rarement tenues, un anticyclone devait s’installer durablement, je n’en vois aucune trace ce matin, du gris soutenu, des nuages bas et lourds, où est l’été indien annoncé sur les ondes ? Hier après-midi, oui j’ai bien transpiré en travaillant au jardin Heureusement le Goût est là pour nous redonner le sourire, la lecture de sa lettre au bailleur-menteur est un régal, je m’en délecte encore en y pensant. Sinon quoi d’autre, lu quelques bons livres pris à la bibli,vu... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:38 - Commentaires [9] - Permalien [#]
21 septembre 2013

La juste dose.

   Il fallait bien une journée comme celle d’hier pour effacer la grisaille et la pluie de la semaine passée. Le jardin attendait que je  lui continue sa coupe d’automne, cette année c’est  «  bien dégagé derrières les oreilles  » Chèvrefeuille emmêlé, menthe envahissante, rosier étouffé par le liseron, arbuste échevelé, tout est passé à la cisaille, sécateurs et mains griffues. Pendant que je m’éclatais à faire grossir le tas à ramasser, une petite voix me disait « pense à ce soir,... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:40 - Commentaires [9] - Permalien [#]