28 mai 2015

Pour une fois il ne pleuvait pas.

Je n'aurais pas dû me replonger en 64 grâce à l'Ina, après André Malraux l’exercice est difficile mais il s’en est bien sorti Je n’avais pas envie de regarder, plus années passent plus je subis de plein fouet ce genre d’émotion mais comme j’ai mauvais esprit je me suis dit que si je voulais critiquer je devais au moins regarder. Une belle cérémonie, un hommage  tardif mais combien mérité aux hommes et femmes exemplaires qui ont fait la France. D’habitude quand j’entends  Le chant des partisans j’ai les poils qui se... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:59 - Commentaires [13] - Permalien [#]