Dans ma vie d’avant les inondations j’étais en possession d’une belle collection de feuilles de papier de verre, tous les grains du zéro au plus gros, pour tous les cas de figures de mise à nu de tous types de bois.

Bien sûr l’eau est passée dessus.

Un grand moment de solitude m’attendait au rayon ponçage du magasin de bricolage, je cherche encore le papier de verre, grain fin.

A la place on me propose du papier céramique en 3 grosseurs de grains seulement, la cale « indispensable qui va avec » pour aller gratter dans les moulures, je doute de l’efficacité, papier céramique qui ne fait pas de poussière, mais oui prends moi pour une bille !

Notez bien que j’ai le même sentiment de solitude devant le rayon ampoules, un vrai casse-tête.