5 mois, je savais que ce serait long, qu’il faudrait patienter.

Il y a eu tant de choses à faire, défaire, nettoyer, trier, donner, jeter que le temps ne m’a pas semblé si long et puis il faisait encore beau et chaud il y a peine 15 jours, 3 semaines au plus.

Depuis une semaine il fait froid, la nuit tombe vite, le jour peine à se lever, l’humidité s’installe et je compte les jours qui me séparent de l’installation de la chaudière, 6 petits jours.

5 mois avec les murs à nu, les lézardes, les meubles rescapés vides, les pas et les voix qui résonnent, les manteaux, impers, blousons, vestes que je voudrais re-installer en bas, à leurs places et qui sont au second, pratique !

Pas une fois en 5 mois je n’ai montré la moindre impatience mais là à quelques jours, 8, 10, 15… va savoir, je peux le dire, franchement j’en assez, je veux mes tapis, mes tableaux, mes meubles, mes livres, je veux ma vie d’avant ou presque.

Une fois de temps en temps j’ai le droit de me plaindre et pas la peine de me dire qu’il y a  pire que moi, je le sais.