Pas si timides ni modestes qu'on le prétend, cette année elle envahissent le jardin tant et si bien qu'il faut se montrer vigilant pour ne pas les écraser, hier j'ai slalomé entre les plaques violettes pour arriver armée du sécateur et des cisailles près des rosiers, le lavatère arbustif (masculin féminin? je ne sais jamais) qui n'a pas du tout aimé la baignade forcée de juin à eu droit aussi à mes grandes et petites lames, ça fait un bien fou, à moi et aux végétaux, enfin j'espère.

Et si j'en crois la météo et ce que je vois par la fenêtre la journée sera agréable.