08 novembre 2016

Beatrix ma soeur.

En un an il y a eu l’incroyable, découvrir ma sœur morte, d’ailleurs je n’y crois toujours pas. Il y a eu le lendemain le choc du cambriolage. Il y a eu la présence chaleureuse de FU et Eugénie, de la famille, des amis, les messages des blogueuses. Il y a eu le 13 les obsèques, l’église pleine à craquer, les témoignages émouvants et le Bataclan. Il y a eu mon incursion dans son intimité et sa vie vie professionnelle. Vider, trier, jeter, donner, ranger aidée en cela par l’ami Kiki, efficace, organisé, drôle. Il y eu le stock à... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:27 - Commentaires [21] - Permalien [#]

07 novembre 2016

Mauvaise humeur.

Il neige, je déteste ça!
Posté par porte ouverte à 10:02 - Commentaires [14] - Permalien [#]
06 novembre 2016

6 mois après le désastre tout doucement la rue s’éveille.

    Après la coiffeuse, le boucher, la boulangère, l’informatique, l’esthéticienne, le 14 novembre ce sera la librairie qui accueillera à nouveau les accros aux quotidiens. Suivront sans doute en décembre l’autre boulanger, le café- tabac et les 2 banques. L’hôtel restaurant d’après radio trottoir n’ouvrira pas quant au cabinet d’infirmières, ostéopathe et pédicure elles  sont installées ailleurs dans un provisoire qui dure. Tout cela met un peu de vie dans la journée mais le soir je me rends bien compte que nous... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:53 - Commentaires [8] - Permalien [#]
05 novembre 2016

Fille-Unique l’avait dit.

« Maman quand tu verras l’annonce de la maison sur internet, c’est comme lire un avis de décès » Bien que mûrement réfléchie, le pour et le contre soupesés, FU déjà passée par là a raison, le ressenti (mot à la mode et à toutes les sauces) est bizarre. Pour parler d’autre chose, nous avons chaud mais car il y a un mais, l’endroit où se trouve la chaudière ne mérite plus le nom de chaufferie, car ces machines dernière génération à condensation ne valent rien pour sécher une lessive la nuit. Trop perfectionnée peut-être…
Posté par porte ouverte à 06:52 - Commentaires [8] - Permalien [#]
04 novembre 2016

Aujourd’hui c’est sûr.

De soudures en soudures* notre mini Beaubourg avance et sera opérationnel dans la journée, parole de plombier. Donc ce matin encore douche à la bouilloire électrique et 14 petits degrés en entrant dans le salon. Je n’ai pas encore ouvert les volets mais je pense qu’il a gelé. * Je crois bien que ça me plairait de savoir souder, Maky pourrait m'apprendre. 11h ça chauffe je vais pouvoir enlever une à une mes 5 couches de gilets.
Posté par porte ouverte à 11:05 - Commentaires [15] - Permalien [#]
03 novembre 2016

Encore un peu de patience.

    Ce soir nous aurons peut-être chaud et luxe suprême de l’eau chaude coupée depuis hier pour cause de ballon supprimé. J’hésite encore pour la douche ce matin, glacée ou toilette minimaliste ? Vu les 3 petits degrés affichés je pense opter pour un décrassage remis à une date ultérieure… Le sauveur des femmes gelées est bien sympathique, travaille sans faire de pause et si il a un portable il l’éteint pendant ses heures de boulot. Allez je vais réchauffer mes mains autour de la tasse de café, brûlant .
Posté par porte ouverte à 07:16 - Commentaires [10] - Permalien [#]

02 novembre 2016

Jour J.

Le grand jour tant attendu est arrivé, je suis prête à accueillir l’homme providentiel avec tous les égards qui lui sont dus, café, petits gâteaux, admiration à peine feinte, intérêt pour le travail à accomplir, pas trop ça peut agacer, discrétion oblige mais je ne serais jamais bien loin de l’homme de l’art qui sera en train de nous installer la nouvelle chaudière. Surtout ne pas lui demander «  vous en avez pour longtemps ? »  Je regrette quand même un peu notre plombier d’avant, un vrai phénomène, été comme... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:28 - Commentaires [15] - Permalien [#]
30 octobre 2016

Le jeu de Lakévio.

Le noir me va si bien. Je m'ennuie, toujours ces histoires de bonnes, de réceptions, de toilettes, d'amitiés qui se défont aussi vite qu'elles naissent,  de médisances, mon dieu qu'elle est futile, je ne sais pas pourquoi je continue à la retrouver tous les jours dans ce parc. Je préfère le parc Monceau. Pas moyen de placer un mot elle débite ses banalités à un rythme si rapide que je n'arrive pas à lui raconter ce que je viens d'apprendre, d'ailleurs ça ne l'interesserait pas le moins du monde, elle n'a jamais ouvert un... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:54 - Commentaires [11] - Permalien [#]
29 octobre 2016

Grrrrr

Décidément mab tu râles tout le temps. Ah parce que tu crois qu’une journée de grisaille, au mieux, qui va se traîner une heure de plus ce n’est pas une bonne raison. Mais enfin dormir… Ben voyons attendre une heure de plus pour se lever, pas humain ! Je déteste ce qui se prépare.
Posté par porte ouverte à 07:19 - Commentaires [15] - Permalien [#]
28 octobre 2016

L’ultime.

   « Ma maison a brûlé par une nuit d’automne. » Et l’auteur décrit le sentiment d’impuissance qui envahit son personnage principal face au désastre,  à la désolation devant la perte certes de l’indispensable mais surtout des petits riens sans importance aux yeux d’autrui et qui font une vie. Il a tout perdu sauf une botte en caoutchouc, fabrication suédoise et non pas chinoise. J’avais raison d’attendre ce livre, je savais qu’il répondrait à beaucoup de mes interrogations. Bon je retourne à ma... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:25 - Commentaires [10] - Permalien [#]