04 juin 2013

Hier je n’ai pas profité du soleil.

    Entre l’admission et la sortie il se passe plusieurs heures dont 30 minutes à peu près consacrées à l’examen minutieux du colon. Examen passé avec succès pour la 3 ème fois. J’avais prévu un livre bien épais pour passer le temps et me servir de rempart contre les bavards. Malheureusement 1765 pages se sont révélées insuffisantes pour décourager ma compagne de chambre. Lamentations parce qu’elle avait oublié ses journaux, soupirs en se regardant dans la glace devant son visage sans maquillage, interrogatoire en... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:34 - Commentaires [13] - Permalien [#]

03 juin 2013

Le 3 juin 2006 j'écrivais...

"Depuis hier soir Sister essaie de joindre Maman à Cagnes sans succés, sachant que sa copine BelleTété est sourde, qu’elle oublie de mettre le sonotone, qu’elle maîtrise moyennement le portable, nous ne sommes pas trop inquiètes, mais sachant que la plus jeune à 70 ans, peut-être passés, que Pomponette a 83 ans sonnés, qu’elle n’entend pas très bien non plus, les explications sont nombreuses, celle qui me convient le mieux : Pomponette fait la pin-up au bord de la piscine, BelleTété a oublié de rechargé le portable. Ou bien... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:29 - Commentaires [10] - Permalien [#]
02 juin 2013

Par la fenêtre.

  Je bois mon thé en regardant le jardin, les merles sont déjà au travail sur les cerises encore vertes, une pie vient semer la zizanie et moi je guette la seconde car « Une pie tant pis 2 pies tant mieux » Ainsi parlait notre amie Gisèle, fille de paysans elle avait une belle collection de dictons. Bon, j’attends toujours la seconde pie et commence à philosopher en regardant le ciel, après la pluie le beau temps et l’inverse est vrai aussi, hier matin beau soleil, hier après-midi gris, gris. Maman aussi avait... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:52 - Commentaires [11] - Permalien [#]
01 juin 2013

C’était hier.

    Et pourtant les années se sont accumulées sur nos tête, si lui a grandi nous nous sommes tassés un peu. C’était hier qu’il est entré dans notre vie, ouvrant ainsi la voie à ses frères et sœur. Il y a 17 ans il faisait beau et chaud, une manifestation de cyclistes retardait notre progression vers l’Hôtel Dieu, l’impatience de faire la connaissance de notre premier petit-fils était grande. 17 ans après il reste pour moi le petit garçon de 2 ans qu’il fallait arracher des bras de son papa bio après un week-end passé... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:13 - Commentaires [12] - Permalien [#]
31 mai 2013

Presque honte.

    Hier soir je me suis couchée fatiguée, agacée et me promettant de ne plus récidiver. Fatiguée de n’avoir rien fait, à part mettre en route une lessive, l’étendre, préparer un mini repas à midi, faire quelques incursions au jardin entre 2 déluges, finir un livre, je n’ai strictement rien fait d’autres. En début d’après-midi j’ai compris que le ciel n’était pas de mon côté et c’est à ce moment précis que j’ai commis l’erreur fatale de la journée, celle qui allait m’abrutir complètement et par voie de conséquence me... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:57 - Commentaires [17] - Permalien [#]
30 mai 2013

Si, si, si.

    Mais quelle idiote je fais, ce matin je m’attendais à voir le soleil en ouvrant les volets, si j’avais eu un peu plus de jugeote j’aurais été moins déçue en voyant la pluie. Deux jours de presque beau temps, d’affilée c’est bien sûr trop demander. Si Eugénie peut mettre au moins une fois les 3 jupes qui tournent, faites dans les robes de l’an passé, qui l’attendent dans sa chambre je serai bien contente. Si nous dînons dehors, non pas d’exigence, si nous prenons l’apéritif au moins une fois dans le jardin, je... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:23 - Commentaires [15] - Permalien [#]

29 mai 2013

Le compte n’y est pas.

    La tomate a besoin  dans une journée de 6 heures d’ensoleillement, moi aussi. La tomate c’est pour finir dans mon assiette et moi c’est pour me sentir en accord avec le calendrier. En mai fait ce qu’il te plaît, tu parles, j’aurais bien voulu mais c’est la pluie qui a eu le dernier mot. Juin pointe son nez avec ses promesses de longues soirées dans la fraîcheur du jardin et je sens comme une embrouille quant à ses promesses estivales. Heureusement il y a les rosiers qui se moquent pas mal de l’ensoleillement... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:43 - Commentaires [11] - Permalien [#]
28 mai 2013

Petit poisson deviendra grand.

Toute la journée d’hier j’ai cru avoir rêvé ou inventé cette histoire dans les brumes d’un réveil trop matinal, toute la journée j’ai attendu qu’on en dise un mot, rien, ni à la radio, ni à la télé. Ce que j’avais entendu me perturbait quand même un peu si bien que ce matin je cherche sur le net, 2 mots clés suffisent, utérus et requin. Et bien je n’ai pas rêvé du tout, une japonaise veut régler la faim dans le monde  et le désir inassouvi d’enfant de certaines en implantant un bébé requin dans l’utérus aquarium de femmes... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:10 - Commentaires [19] - Permalien [#]
27 mai 2013

Parce que c’était lui…

   J’ai regardé « Le nom des gens » hier soir. J’aime beaucoup Jacques Gamblin, acteur émouvant, sensible et lunaire ce qui le fait toujours ressembler un peu à un extra terrestre découvrant notre monde ahurissant de contradictions. Après avoir regardé le palmarès de Cannes, admiré les robes éblouissantes, conseillé à Kim Novack de ne pas trop sourire, maugréé dans ma barbe (que je n’ai pas) que le cinéma chinois, coréen ou japonais s’en sortait bien j’avais envie d’un film avec un générique qui sonne français,... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 mai 2013

Cadeaux.

Cadeaux.   Longtemps j’ai gardé comme un trésor les colliers de nouilles et boites de camenbert recyclées offert avec un beau dessin et un joli poème par Fille-unique pour la fête des mères.  Si je me suis débarassée des colliers, cendriers et autres merveilles sans aucun état d’âme, je conserve, bien à l’abri des rangements intempestifs, dessins, lettres, poèmes ornés de cœur avec de grands « je t’aime maman. » Aujourd’hui je me contenterai d’un coup de fil, si possible sans interruption bronchitique et ce... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:43 - Commentaires [10] - Permalien [#]