01 mars 2017

Trousseau !

    Une sœur de mon grand-père, tantine Gaby, personnage haut en couleurs, au début des années 60 a entrepris de broder des draps pour me les offrir si je me mariais un jour. En 1965 je me suis retrouvée avec des draps brodés de mes initiales, par chance en épousant Maky je conservais le P de mon patronyme de jeune fille. J’avoue qu’à l’époque je ne me suis pas extasiée sur le travail de Tantine, le temps passé ni même sur le résultat. Simples initiales, fleurs printanières, entrelacs de feuillages, tantine était une... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 09:28 - Commentaires [8] - Permalien [#]

27 février 2017

Le jeu de lakevio.

  Je reviens te chercher. Non je n'ai pas honte de t'avoir oubliée il y a 15 ans, tu dormais si bien dans ton berceau, si discrète, si sage un si petit bébé c'est bien naturel de l'oublier, après tout je ne t'ai pas laissée toute seule, les voisins étaient juste à 100 mètres et les chiens veillaient sur toi. Aujourd'hui je suis là, dans un instant j'ouvrirai la porte et si tu me fais la tête, je repars illico, sans toi! On m'a souvent dit lors de mes voyages que j'étais une mère dénaturée, pas du tout,  je reviens te... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 06:05 - Commentaires [9] - Permalien [#]
26 février 2017

Bien dur pour moi.

Merci à toi clanouka. Ton billet enquête conso sur les oreillers a réveillé en moi l'urgence de me séparer, douloureusement, de mon compagnon de nuits qui je dois bien l'avouer était plus que fatigué.  Ma tête repose maintenant  sur un 60x11x13 bien dur et qui soi-disant garde en mémoire la forme et le poids de ma tête, elle doit être bien vide car je n'ai pas remarqué un quelconque creux sur l'oreiller, mais bon encore quelques nuits d'adaptation et ce sera bon.
Posté par porte ouverte à 07:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]
24 février 2017

Départ.

Je viens de déposer Fu et Eugénie à la gare, la maison est bien vide et a bien besoin d'un bon coup d'aspirateur. Eugénie a une journée sans fractions, sans divisions. Elle a laissé la construction en légos de son supersonique jusquà Pâques et j'ai la consigne de ne pas y toucher. A bientôt les filles!
Posté par porte ouverte à 08:20 - Commentaires [9] - Permalien [#]
23 février 2017

m-dam-hm- l-dcl-hl- kl- g-

Encore Maky j'adore convertir.  
Posté par porte ouverte à 07:52 - Commentaires [9] - Permalien [#]
22 février 2017

Etat d'âme.

Eugénie hier:"Mais pourquoi je suis inquiète je devrais être heureuse, demain je vais au poney et maman arrive dans l'après-midi". Ah oui je sais j'ai peur qu'il pleuve et alors pas de poney." C'est dur la vie de petite fille quand même. 2 mn après elle dansait comme une folle.
Posté par porte ouverte à 08:17 - Commentaires [11] - Permalien [#]

21 février 2017

Allez Alphonse ... Tu avais tort.

  Pendant qu'à grands coups de ciseaux et crayons Eugénie travaille à la création de sa collection printemps été  les infos passent un petit reportage "comment faire revivre la campagne" du tac au tac ma petite répond au journaliste "ben en arrêtant de construire des villes à la campagne" .
Posté par porte ouverte à 07:55 - Commentaires [11] - Permalien [#]
20 février 2017

Le jeu de lakévio.

Mine de rien. Mes chères soeurs, en un mot comme en cent, bravo, nos objectifs sont atteints et dans certains secteurs dépassés. Quelques petits détails à régler encore mais 3 fois rien: n'essayons pas d'avoir l'air aimable, prévoyons une sacoche plus grande et veillons bien à ne pas percer les paquets, le chien qui a léché par terre ce qu'il a cru être du sucre est mort d'une overdose, alors prudence n'est-ce pas. Bien allons nous coucher maintenant, demain nous ferons la sortie des écoles, il n'est jamais trop tôt pour donner... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:11 - Commentaires [14] - Permalien [#]
19 février 2017

Le sens des devoirs.

Après 2 heures passées au poney-club sous soleil printanier il a bien fallu ramener la belle sous des cieux moins agréables. Retour à la maison d'une Eugénie ravie de son après-midi, gaieté vite douchée par sa pénible grand-mère. Les devoirs ma chérie... La chevalerie, une poésie à copier dans le cahier fait pour, quelques pages d'une lecture imposée aussi chiantes que celles d'Eléna Ferrante, mettre au propre divisions et multiplications, la liste est longue. Consciente de la responsabilité que l'on me confie je fais faire les... [Lire la suite]
Posté par porte ouverte à 07:55 - Commentaires [12] - Permalien [#]
17 février 2017

M'ennuyer? Moi jamais!

Entre les différences et ressemblances de l'escargot et la couleuvre, la poésie  dont le titre à lui seul est un poème "Que l'étude est chose maussade", les multiplications et divisions longues comme un bras, les pièges du système métrique à déjouer, les conjugaisons à réviser et j'en oublie sans doute, Eugénie ne s'ennuie pas, moi non plus mais se dégager une journée entière à buller, impossible.
Posté par porte ouverte à 08:07 - Commentaires [9] - Permalien [#]